Symptômes psychologiques de la thyroïdite de Hashimoto : surmontez-les !

Si vous souffrez d’anxiété et de dépression, ne vous en voulez pas, travaillez sur votre instinct pour surmonter les symptômes psychologiques de la thyroïdite de Hashimoto.
Symptômes psychologiques de la thyroïdite de Hashimoto
Écrit par

This post is also available in: English Español Français

Table des matières

PNG  IHDRmPLTEefgfffdhjfffeghffffffdhkbkpdgidhjeggfffdikffffffffffffffffffalrdhkfffffffffffffff_nxRvffffffffffffchlfffffffffOwfff[t^r~ffffffffffff]sffffffffffffUr`r|fffOzTtffffffffffffbyffffff@`ffffff\s` fffP??{Azfff_V_DxLza{fff_fff^:~`fff` `QLFKO"&fffa]{_W^ET_UT(_#?'@-`a\(UM35:]fffN_:G5V8N3)60U_-V_G*5fff" E`T_/_L3)M4^"&@@G@R219*1D0;2I?C1NA5tRNS( ?O9.~$Fxo 3WN4*-͞7'jT=Sg8ۣzk[F0skqhbq_Y>îe_SٔodLICؿ]ZǺ{_OIµ˶DŸwʦЯ"<<'gIDATxMHag\t-ͯJ4S4/#RJ0mVXfVPGAQAn]!A=[n .FK qޙgvc1by?׾5oT{J,UyZ;0-לV%e*[IuVr )1=?RNb GE\r׀60 88暷 ې:Y vnU.ڭ\\l=vUMd`.dз;7*y[mtiCZ!|w ŌaC] **0RJuW&0rs:~hAIeFvoFPRnZK͚ט &WPQ1D$dݰn]wi-Ϊdjsm.RrY6hw6t#!&RZ>hر PRT&;,/*Til9X2AImAV@Y-m7Bv]BT@p#w8 BdݓMHem# h&A]|n.fe.l(#4BJO KS,چGFnXPIc2AK!:N{::A|A&U1@LNہT@f8 tTTTeXAϼ0>lB"*6>֡2; }r1s~Y 芹O[;~T&'6&Ow\mlk0lTV Q.lt1;접O>Ybݱww7؊Tvm:fg O&*+ ڑG\vޛq\Q!Alqdm3F.!!j;csR'Ϸܔ1וEbB d9n`<9>r ;vKqj̀JK2dloq.wPǩ!}@&O[Gc8qx{YqkLJ},xfy%;YRN7cPǷFT*'U'{Xy!qd}R|iB`0fb\z;^)@5{4Ybw̎`|89"/f`0qJ]Rș s:PNf^>6r9ðUY*% Z>惏NweMe<ˢ\6R3d~0eTm"h&GxbXڜ:^;vPuhS9zjew@}G&'czI*y=%l$f(h;ߎ߾}LW.fLJ\vxh3ege$JEg=@1qd;~%?Pn=𸧧F ؄jVpܕۭ*9xuO}Af;N49Go_pѵX3*J(\jj*Jױ;_Ą{u8ul?_w@H:uzf t8p}zP9tMSm!ι^5ގGF<'X: J|@֕/_>y|r@ 'Pnx;󨨪8Ʊr̖!+:iPia!XvPR)4\rϥIͥ4K\p+9.KINhe{}s|Ùgソ.ԣBC1Y}9**ZT2߸t/Jek"e'\R9T6.Ic^%Y &)vhuč Gڎ=#FeVl4ܹszglmʙxR&w1j &0zFx{‘6X]= /7?Lq<}zcPÇ9Y88Uz&;{l`F-vdF9ّc $hctp<XMx\xzɖ̅HhcX۾pד=rխ3l1ozFkҒ [sÄ^g<go] GL!?ueN]ĎY5XSxq3r9>aϹtxxh4HgQQlMHcE.!g9z,ǚ^WƑL.ŀNEg6xZ'cO? 9 r I|zjsV '7xu%ǿT۝2Od̰]0rm Mc[Lv-WM29d&'"|zٶ#kk}82#kΑ#n}s{}@1%y rBtB[982'Ǐm@#:Aވo~*tZrM_~@8%doX`D9օGd9 Lr̰iK!.CtA9 Fce*~kSZƢ/x%G?x0\89> 8NRJUMc w8vfSS1QL-fF9MKN G6Ρ9 [aMLY_Am ߡ;j}=@p#ˑ4ǁ z/؁1?c? +"GDOq8D3L@)EuzȘ*=Ԏ:h[鑮W;W!V0jEXʹmFL=hQuuV?f{Q Btqy?R8mG27z9T~ @Ϗ'q%>p̳O\;c6XrĽQdXͬ8tW5`9,G$.T91c;/7Y#LV)Ws9]v34BtzO# P[:v즕nĎ#fmrxgqJ18xr08τ5'4r[]V1. ̠趣sqkc ÷džUĎ +02n%DŽvDY+Vh;U6:^T_Eؙdkpq\M.8&pDVuML;X#>`$vD9vU帅E5NkZyBq> F;Q;( (;#ÑM5ȘKK)fhNƐmVMZN3PvwY)v,縞5\4:^01vp0qzvXѺQ97͎#Hq|AQqSk JT)G&( `j[]/I*jĺD?M{kiq1;V@;G9"jZMio#av|aSN]G9YG6 fjW9~|z׎{ G'Pɪ PKJb5LUȖけ/=Gf#`D;<}`'M*8:QpQ1;e_j2ʱTPKV/9 bh#iH]zdcI{2g8R.sԮy v9*2#"p8Br~^ell+cϽѤK[s~vd9**ʱg*+qkPZ#8R4gGveWh fJѺ؍lTڎW!J68 űrF8b[sfi)uMKc2v8 9.0NE(ǩJ=#7ԋSbiaњu'Z`1 W["ʁEM R91 <*uar˙C Hʱpđ]MF* MsR\]%K$8N8n bjQoٔGV-re*Hs U9k󙕄|rq,8Uc\h9х&0PAU<bY&S*8?Y$ณ) 1vj~ԯCsq(±r 09H<-!(~f&r59fǞjrLh8PsG#c>kYR_KCƄRP̺{h0N3"`=,Fܰhp$v5L0ڄr\ ^Ց8rk 5/g ׁСX(]kLM,Gbǰ#'Tqj!S((ҾpDkTPHDZbz WGMG-s4t(w 8/m(HA1AJ8qNgZq*t A7^$)t!GoDKVlfr,Ze,G1o;-,.VE1ꄈ#h:svG4;C3v{@J=$7(aj‘s\ФO8QWc:pݬ:ui#QQ>Qc IJ$4Wq D]y9KV㄀ Uz3troXpdb@8̱ G&بk4?r !s,r‘mQOc@9ƹN+W{^P8\*p48hr 09`1x J_V]0\d8iw#"a>>@n÷#A8N 9+w|qlOOAn6[oy̤ys|Ax@Gn#8#Rdr|x#>Uv koWokTVϱG~q t 9'G=T^9t'ƑMdN vcjGh Ȭ܅1S7u#z>"k5㲘Kt+qԵ0L?i1U>^ #En #qвOsƯ_X@p2w9Sr9>FnL5Cc) z}m sB?%'>7 ሕ9d#ֻ7JwCG"c' 2W9,`M|s[P4ǨJ䈹6U@8n.AXPp|@:*.4&_-0jPֵOH]p$ѲJoR/ΡYd૜>Џ #p,˂4j oSF(f8*uwf1.Ea_U3Kk7j"C}7=vZ3c.FlD/"^yOވ'mi{Em4s>3MpQ1@ї ü}z4OAp~URū0G\-qmу[r:zOqT?BADܖ9ЙN}dD煰ƨ|-ۣ[,')yD/Ԡ~jS% ,F}LϠ(j8JqiN1]w,Ï$#Q A;>dGK=AE鞵݇ fd_P;gi͸: x< @$5lT,Mwy7;sz(Hvr qO6r.2FA$iN9e<lڪXk/1/czүsIGRq0UZ`9-x.$^$q3D#nҪWy hP,".dx[;;whnPƦ*F;[QMf,!j'msOWQ1QqaA KA7:Ea޴瑰<3D%RveYHd,$FHGeHKV[O=´ +["KY*Q֏JH62Tt&&H<8фxDT%{ڒ_uU^x1φ(Cr=L`:{qYv@rytj[:3br9q@E5ɥ=p^r4#C+CB(aM(Hk'\ v #FX9~X] jZRq|. OI8o 2ook+Mu8Θ"m86!^oVXA`7Op^Ҫv S5~;8tS#@ٻOo&.h~+ g欓7yH{_^"+/,0G/'OKW_={Ol*&UE=їUc&{pc OX#E1یA3e-#Km!z=1zlF1py5f^A[jVEqO91{|rfӹI$z\d^o8F&$*ڭN~CseSD # X<)9ӵ7O;ݔκSFj݂HެIy19F<Mf+m@GEnKڸiiQWxthI[0Ƌ|B:qȣHHyV;h"5𡀧hx@l:`:F}s΋#C<˰bƁQ28Q];FEG3.cicA֟V1(6B@.ݣ.qB8ٔ?uX%ӱfJMSFNHͪ;;"xpY9PFcGխ[w~F5ѭp) a<Vqq1ys/b+Dz[DDpħqb 7ѓdQh70tƤ{e-:x,GuX.S^ o\~u֮q4Pz-X>#-f[ܳRVWDX5JWKnhժţh)[6~Ml6>rvTa60 ֫cENRMtp)5(nSPun$L˫Tis@!۴ Zup=wzwK)7(O N0u!ıvØH +}^2e&խ2!/VӍ֟OLs2kS(,U$*BIENDB`

Courte histoire pré-Hashimoto - Symptômes psychologiques de Hashimoto

Bien avant que l’on ne me diagnostique le syndrome de Hashimoto, j’avais ce problème : parfois, je ressentais de l’anxiété ou j’avais des problèmes de santé sans raison valable, mais je ne savais pas pourquoi.

J’avais le sentiment que quelque chose n’allait pas dans mon corps et que je devais aller de toute urgence chez le médecin.

J’avais environ 22 ans lorsque j’ai eu cette envie apparente d’aller chez le médecin pour vérifier pourquoi je ne me sentais pas bien. J’ai fait quelques tests sanguins généraux et quelques tests cardiaques et tout était normal.

“Vous êtes peut-être stressée à cause de votre voyage ou du changement de ville”, a dit le médecin. Et j’y ai cru, et j’ai continué à vivre ma vie.

Quelques années plus tard, à l’âge de 24 ans, j’ai commencé à ressentir une douleur dans la partie interne gauche de mes abdominaux. Je pensais que quelque chose faisait du mal à mes intestins ou à mon estomac. J’avais l’habitude de souffrir de gastrite et je blâmais toujours le fait de manger des aliments épicés ou certains aliments.

À ce moment-là, j’ai décidé de consulter un gastro-entérologue, c’est la chose normale à faire, n’est-ce pas ? Ou du moins, on nous apprend à aller chez le médecin si nous ne nous sentons pas bien.

Après la visite, le médecin a demandé à faire une endoscopie, et il a découvert que j’avais une hernie hiatale et que je devais être opérée. J’ai été surprise, et je me suis dit “ok, c’est ce que le docteur a dit, faisons ce que le docteur a dit“. (J’avais tellement tort) Et j’ai même demandé un deuxième avis à un autre médecin, et il m’a dit : “Oui, vous avez une hernie hiatale, faites l’opération”.

Quelques semaines auparavant, au cours d’une réunion d’affaires potentielle avec un homme d’environ 60 ans, il m’avait dit : “quand on fait la première opération, d’autres problèmes se posent”, j’aurais certainement dû mieux l’entendre au départ, mais bon, ce n’était pas le médecin et ce n’était pas le spécialiste, qu’est-ce qu’il en savait.

Mais la vérité est comme la phrase, “Celui qui n’écoute pas les conseils, ne vieillit pas” quelque chose comme ça en espagnol. (Certainement, j’aurais dû l’écouter mieux que le docteur).

Le jour de l’opération, je me souviens clairement de l’infirmière qui, après avoir vérifié mes analyses, m’a dit : “Vous êtes si jeune et vous devez déjà subir une opération, vos analyses sont parfaites, vous êtes en si bonne santé.” Mais au fond de moi, je me disais “alors, pourquoi je ne me sens pas bien”.

La chirurgie s’est bien déroulée, c’était aussi comme un bypass gastrique, et après plusieurs semaines, je me sentais bien. Plus de douleurs à l’estomac ou à l’intestin, et aussi plus de gastrite.

Un soir, après avoir mangé des sushis avec un verre de thé glacé, j’ai commencé à me sentir assez anxieuse. J’ai eu l’impression d’avoir une certaine pression dans la poitrine, et je pourrais même dire que je me suis sentie dramatique. On est donc allés à l’hôpital, ils ont vérifié mon rythme cardiaque, qui était bon, et ils m’ont injecté un truc calmant.

Mais encore une fois, je me sentais extrêmement anxieuse, et bien sûr, les infirmiers ont dit “oui, c’était probablement une réaction au sucre du thé glacé”.

Finalement, un an et demi plus tard, après l’opération de la hernie hiatale, on a découvert que j’avais un nodule thyroïdien, et c’est là que j’ai commencé ma quête d’un meilleur traitement contre le syndrome de Hashimoto.

Vous pouvez lire cette histoire dans l’autre article.

Mais le fait est que le fait de ne pas savoir que vous souffrez d’une maladie auto-immune peut rendre très difficile la recherche des causes profondes ou sous-jacentes qui ont un effet sur les symptômes psychologiques de la thyroïde de Hashimoto.

Les causes profondes de votre maladie auto-immune ou de votre thyroïdite de Hashimoto expliqueront mieux pourquoi vous vous sentez anxieux ou déprimé.

doctor reading a coronavirus patient medical chart

Ne blâmez pas votre thyroïde !

Une fois que l’on a découvert que l’on est atteint de la thyroïdite de Hashimoto, on peut se contenter de prendre de la lévothyroxine pour ramener nos analyses à la normale.

Ou même si nous montrons la TSH, la T4 et la T3 dans des leviers normaux, alors nous nous demandons encore, qu’est-ce qui ne va pas avec moi !

Cela m’est arrivé, et c’est certainement arrivé à d’autres personnes qui luttent contre le syndrome d’Hashimoto, d’avoir honte de ne pas avoir d’énergie, de ne pas se sentir bien, de ne pas se sentir heureux, de se sentir triste plus souvent, et même d’être amené à un état dépressif.

Je ne sais pas ce que chacun ressent exactement, mais ce qui est sûr, c’est que d’après ce que j’ai vécu en observant des personnes souffrant de troubles mentaux, je peux dire et affirmer avec certitude que leurs conditions sous-jacentes ne sont pas correctement traitées.

Dans la thyroïdite de Hashimoto, celui qui est accusé est la thyroïde dysfonctionnelle, et ne l’est pas !

Comme vous pouvez le voir dans le billet bien illustré de Rachel, j’ai aimé la façon dont il montre vraiment comment différents problèmes potentiels peuvent être à l’origine de vos symptômes de Hashimoto, et probablement aussi de vos symptômes psychologiques.

Et c’est comme ça, espérer que la Levothyroxine résoudra tous nos problèmes est une solution incomplète pour travailler sur un vrai traitement de Hashimoto.

Ne reprochez donc pas à votre thyroïde d’être anxieuse ou déprimée, cherchez les causes sous-jacentes pour trouver la réponse à votre question “Pourquoi vous sentez-vous ainsi ?

Ne croyez pas entièrement ce que certains médecins peuvent dire ! Ils doivent apporter l'espoir, pas la peur !

Et bien, je dois le dire, j’ai commencé à avoir de la haine contre la science, parce que suivre cette voie m’avait rendu plus mauvais que bon.

J’avais l’habitude de suivre la voie commune du “C’est ce que le médecin a dit, il est l’expert”. Plus maintenant.

Eh bien, mon chéri ou mon pote, il y a certainement beaucoup de médecins qui restent sur la voie qu’on leur a enseignée parce que la science ou les études ont prouvé que c’est la façon dont Hashimoto devrait être traité, juste avec de la Levothyroxine à vie.

Et comme j’ai entendu une citation de Jiddu Krishnamurti, philosophe indien parlant de la Kundalini, “en citant quelqu’un d’autre, on revient à l’auteur de l’erreur originelle”. Comment être sûr que les médecins suivent réellement le bon chemin de guérison d’une personne atteinte de Hashimoto, et qu’ils ne sont pas en fait les auteurs de l’erreur initiale.

Si les médecins n’effectuent pas le test des anticorps, il y a déjà un premier signe que le médecin ne recherche pas une cause profonde pour voir s’il y a une réaction des anticorps, mais comment le savoir si vous connaissez à peine Hashimoto.

Ensuite, d’autres tests tels que les sensibilités alimentaires, les taux de vitamine D et B, ainsi que d’autres tests pouvant révéler des carences nutritionnelles.

Et encore plus terrible si le médecin se contente de dire : “Vous avez la pire forme d’hypothyroïdie, vos yeux pourraient sortir et vous présenterez un goitre.” J’ai entendu cette histoire de la part d’une femme qui venait d’être testée pour la TSH, la T4 et la T3. J’espère toujours la revoir dans le futur, parce que j’ai recommandé de faire le test d’anticorps pour confirmer si elle est atteinte de Hashimoto, mais au début, ses analyses n’étaient pas normales.

Il est certain que le fait d’entendre cela de la part d’un médecin ne suscite pas l’espoir, mais plutôt la peur chez cette femme. Et bien sûr, un impact sur son bien-être mental, et en conséquence la dépression ou l’anxiété de la peur de l’avenir.

Par conséquent, si le médecin avec lequel vous travaillez ne vous soutient pas, changez.

Dans mon cas, trouver un médecin spécialiste de la médecine fonctionnelle a été une meilleure décision, car il a été davantage un véritable allié et un bon guide pour continuer à travailler à l’amélioration de ma santé. Et pour sûr, il ne m’a pas apporté la peur.

Travaillez sur vos tripes !

water tube meme stopping problems

Et pourquoi s’étonner que l’anxiété et la dépression soient les symptômes psychologiques les plus courants de la thyroïdite de Hashimoto, l’impact de l’alimentation sur notre cerveau est énorme.

J’ai ajouté le mème du gars qui essaie de résoudre ses problèmes en mettant du ruban adhésif, et pour Psychological Symptoms c’est pareil.

Je ne pense pas que les antidépresseurs résolvent le vrai problème ou la cause profonde, et comme l’image, ces médicaments ne résoudront pas le vrai problème, ils ne feront que le masquer.

Le Dr Uma Naidoo, psychiatre nutritionniste, et moi-même disons la même chose, à savoir que la nourriture a un impact énorme sur notre esprit.

Travailler sur les sensibilités alimentaires sera la clé pour réduire et maintenir en rémission tous les symptômes, même les symptômes psychologiques de l’hashimoto.

En plus de travailler sur les aliments qui soignent l’intestin comme les probiotiques comme le kéfir, il est important d’améliorer les autres carences nutritionnelles.

Dans mon cas, je travaille également à rétablir la vitamine D, la vitamine B, le zinc, le cuivre, le sélénium et la prégnénolone.

Ne laissez pas de côté la recherche d'un équilibre entre l'esprit, le corps et l'âme !

Et ici, il est important de parler de la connexion de notre corps entier avec notre esprit et notre âme.

Si notre environnement n’est pas favorable, il sera plus difficile de travailler à votre guérison.

Pour moi, le fait de revenir d’Allemagne au Mexique a également eu un impact émotionnel.

J’ai aimé et j’aime toujours le temps que j’ai passé en Allemagne. Mon taux de vitamine D était très bas, et l’Allemagne n’est certainement pas connue pour être un pays très ensoleillé.

Maintenant de retour au Mexique, le fait d’être trop proche des problèmes familiaux n’a certainement pas été bon pour ma guérison et mon bien-être émotionnel.

C’est une chose sur laquelle je travaille encore.

Dans les chemins spirituels, il y a aussi ceux qui disent que vous devez faire passer vos besoins et vos désirs en premier, plutôt que ceux de ceux que vous aimez.

Si vous n’êtes pas juste, vous ne pouvez pas être juste avec ceux que vous entourez.

Probablement, pour moi, en tant qu’empathe, il est difficile de penser à être égoïste, mais je peux dire que c’est nécessaire pour que vous puissiez continuer à travailler sur votre guérison.

La thyroïdite de Hashimoto est généralement le signe d’une maladie du chakra de la gorge, et pour la guérir, il est important de s’exprimer tel que l’on est.

C’est pourquoi je partage ici mon parcours, car pour certaines personnes atteintes de Hashimoto, ou probablement la plupart d’entre elles, chaque fois que nous disons que nous ne nous sentons pas bien, que quelque chose ne va pas, nous avons l’habitude de nous faire taire, et pas dans le sens où les gens nous crient directement dessus, mais indirectement en écoutant des mots ou des phrases comme “Ces symptômes sont dans votre tête”. “Vous êtes juste stressé.” “J’ai été hypothyroïdienne et je peux manger de tout, il faut juste que tu te détendes.” “Tu dois prier plus.”

Ce ne sont probablement pas les mots que j’aimerais entendre.

Et, dans mon cas, je veux juste dire que je ne vais pas bien, mais comme notre entourage ne nous écoute pas vraiment, je préfère laisser ce sentiment de tristesse, d’inquiétude, de peur, de colère, en moi, et comme je n’en parle pas beaucoup, le corps doit le faire sortir d’une manière ou d’une autre.

C’est pourquoi Hashimoto est également considéré comme la maladie de la communication.

Amener le soi supérieur dans un environnement sombre nous rend simplement plus forts, parce que nous faisons face à Hashimoto, mais nous vivons aussi certainement en travaillant pour notre soin de soi, nos besoins, nos rêves et nos désirs.

Et non, nous ne cherchons pas à ce que les gens aient pitié de nous. Personnellement, je préfère être entendu et c’est tout.

Il est probablement temps de reprendre un travail spirituel.

En résumé, pour travailler sur vos symptômes psychologiques d’Hashimoto, je vous recommande de trouver les causes profondes de votre Hashimoto, de trouver un médecin qui vous soutienne, qu’il s’agisse d’un médecin spécialiste de la médecine fonctionnelle ou d’un autre médecin qui soit réellement humanisé et qui vous soutienne, de travailler sur votre intestin et vos carences nutritionnelles, de vous exposer au soleil et de prendre des suppléments de vitamine D et B, de ne pas faire trop d’exercice parce que trop d’exercice augmente le stress du corps, de couper les liens et les relations toxiques, et d’avoir une pratique spirituelle sous quelque forme que ce soit. Cela peut être le yoga, la méditation, la prière du rosaire.

Je serai donc très heureuse si cet article vous aide, si vous avez besoin de conseils ou si vous voulez partager vos expériences, n’hésitez pas à me contacter.

En savoir plus sur le corps.